"Nouveau millénaire, Défis libertaires"
Licence
"GNU / FDL"
attribution
pas de modification
pas d'usage commercial
Copyleft 2001 /2014

Moteur de recherche
interne avec Google
Quand l'Afrique viendra nous civiliser
entretien avec Serge latouche

Origine : http://www.lalignedhorizon.org/html/textes/sl/entretiencharliehebdo2000.htm

Paru dans Charlie hebdo-mercredi 21 juin 2000

"L'économie africaine n'est pas fondée sur une logique marchande mais sur le lien social"

Serge Latouche est professeur d'économie. Spécialiste de l'Afrique, il tente de comprendre comment un continent qui aurait dû être détruit par la guerre économique mondiale parvient malgré tout à s'en sortir. Dans son dernier livre1, il raconte une Afrique sans coups d'état, sans guerre civile, où les gens réinventent en permanence l'économie sociale. Une Afrique qui pourrait nous apprendre à nous en sortir, nous aussi, quand le marché nous aura explosé au nez.

Charlie Hebdo: Les Africains seraient-ils plus heureux qu'on ne le croit?

Serge Latouche: Si l'on se fie aux rapports de la Banque mondiale, c'est fluctuant : une année l'Afrique est au fond de la misère, l'année suivante ça décolle, après ça retombe dans la misère... C'est normal, la Banque mondiale essaye d'avoir une vision vaguement optimiste, ne serait-ce que pour montrer que ses plans d'ajustement structurels donnent des résultats. Mais, de temps en temps, il lui faut quand même se réajuster sur la réalité. Et la réalité est catastrophique, puisque les indices économiques de l'Afrique sont dérisoires. Aujourd'hui, elle représente un peu plus de 1% du PNB mondial, Afrique du Sud comprise. Autrement dit, rien. Alors, comment peut-on vivre avec rien ? C'est un paradoxe, pour un économiste.

Donc, il y a un truc ?

Oui. l'Afrique vit hors économie, essentiellement par la débrouille. Et cette débrouille fonctionne en grande partie sur une logique non marchande, du don, de la réciprocité. J'ai tenté, sur une banlieue de Dakar, de mesurer les résultats de ce système en faisant une évaluation économique « à l'occidentale » : ça multiplie le niveau de vie de trois à cinq fois. Comme on part de très bas, ce n'est pas la prospérité, mais ça explique pourquoi on voit des gens qui font la fête, des enfants souriants. Et qui ne sont pas tous faméliques...

Mais les famines, les guerres civiles, c'est une réalité.

C'est vrai, mais l'Afrique n'en a pas le monopole. Si l'on veut faire des statistiques macabres, compte tenu de la taille du continent, le nombre de massacres n'y est pas tellement supérieur à la moyenne mondiale. Ce qui est supérieur à la moyenne mondiale, c'est l'image qui est donnée de l'Afrique. Elle n'est vue que comme le lieu de la corruption, des guerres civiles, des génocides, des coups d'État militaires. Les rapports de la Banque mondiale épinglent toujours la corruption des chefs d'État africains. Mais la corruption, c'est la chose au monde la mieux partagée. On voit l'Afrique à travers une grille de lecture fortement ethnocentrique. D'ailleurs, si, au lieu de lire les économistes, on lit les anthropologues, on a une vision totalement différente.

« La famille,c'est en moyenne trois cent personnes »

Existe-t-il un " système économique " africain ?

Il y a une société africaine, dans laquelle il y a ce que nous, nous considérons comme de l'économie. Et, bien évidemment, elle est atypique, puisque la production de biens et de services est totalement insérée dans la vie sociale. Les gens ne font pas la séparation entre ce qui serait social et ce qui serait économique. Dans les banlieues africaines, où les activités salariées sont quasiment inexistantes, les gens se livrent à toutes sortes de trafics, d'échanges, de cadeaux, de contre-dons. On trouve des individus qui ont une façade officielle, qui s'intitulent par exemple menuisier-parce qu'ils ont eu une formation plus ou moins professionnelle en la matière mais qui feront tout autre chose que de la menuiserie. D'où certains malentendus lorsque des experts bien intentionnés viennent leur dire que, pour développer leur production, améliorer leur chiffre d'affaires, ils doivent rationaliser leur activité... Évidemment, ça ne marche pas, puisqu'en fait ces menuisiers n'en sont pas vraiment. Et c'est un peu la même chose pour tout.

Notre logique économique est donc à côté de la plaque?

Complètement. On a implanté en Afrique des entreprises modernes : la plupart ont fait faillite, faute de clients. Comme Bata, à Dakar, par exemple. Ça ne veut pas dire que les Sénégalais ne portent pas de chaussures, mais il y a des centaines de petits artisans qui, avec des pneus de récupération, font des chaussures faut à fait fonctionnelles à des prix défiant toute concurrence. De la même façon, les transports publics, quand ils fonctionnaient, fonctionnaient à perte. Alors, bien évidemment, la Banque mondiale a dit : "ce n'est pas rentable, il faut les privatiser". Et comme ça n'intéresse personne d'acheter une ligne de bus, il n'y a plus de transports publics. Mais il y a des camions bringuebalants, peinturlurés, dans lesquels, pour quelques centimes, on peut faire 10 ou 15 km. La logique économique occidentale a échoué, mais les besoins fondamentaux de la population sont assurés par l'économie de la débrouille. Et cette économie peut fonctionner là où la nôtre ne fonctionne pas, précisément parce qu'elle repose sur des réseaux sociaux Ça se passe en quelque sorte en famille, dans une société où la famille, c'est en moyenne trois cents personnes.

Mais les Africains n'ont-ils pas envie d'avoir des grosses bagnoles, des magnétoscopes, des portables ?

Bien sûr que si, ils en ont envie. On est malgré tout dans le village mondial, avec des images qui circulent, la publicité, et les désirs qui vont avec. Et même si l'Afrique ne peut plus matériellement représenter un marché important pour le reste du monde, il n'empêche que les multinationales ne dédaignent pas ce marché, si minime soit-il. C'est ainsi que depuis quelques années, alors qu'on a pris des mesures draconiennes, en particulier aux États-Unis, contre les trusts de fabricants de cigarettes, ces mêmes trusts ont multilié par 10 leurs ventes en Afrique . Et évidemment, aucune loi pour défendre le consommateur. Les sollicitations pour les produits pour lesquels on peut encore trouver un marché - cigarettes, alcool et, pour une petite clientèle, les voitures, les télés - sont énormes. Mais les gens qui n'en ont pas n'en souffrent pas. En tout cas, ils en souffrent beaucoup moins, me semble-t-il, que dans d'autres régions du monde.

" L'homme n'est pas un individu isolé face à l'avarice de la nature"

Dans nos banlieues, par exemple ?

Oui. Ou dans les banlieues des villes latino-américaines, où la solitude est beaucoup plus forte, où la perte du sens de la collectivité est plus grande et où, par conséquent, la nécessité de produits de consommation se fait bien plus sentir. En Afrique, on n'est jamais seul. Chaque fois que je vais dans une maison africaine, je vois toujours vingt ou trente personnes agglutinées devant un poste de télé. Et même si chaque Africain avait son téléviseur, ce qui est peu pensable, ils continueraient à se mettre à vingt ou trente autour. Parce que, regarder la télé, ce n'est pas le rapport d'un individu face à une image, c'est un cérémonial collectif. De la même façon, si chaque Africain avait son automobile, on s'entasserait quand même à sept ou huit dedans.

Est-ce qu'on peut dire quand même que l'Afrique est occidentalisée ?

Oui, largement, tout en restant très africaine. Aujourd'hui, l'occidentalisation s'appelle mondialisation. Au siècle dernier, on ouvrait le marché avec des canonnières, aujourd'hui, plus besoin de canons, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale se chargent d'ouvrir au forceps les économies réticentes. En fait, l'occidentalisation de l'Afrique, ça veut dire d'abord la plonger dans la guerre économique mondiale. Et elle n'est pas armée pour se défendre. Une des récentes décisions de l'Union européenne, comme vous le savez, a été de décréter que le chocolat est un produit dans lequel il n'y a pas de graisse de cacao. Ce qui a pour effet de plonger l'économie de la Côte d'Ivoire, ou du Ghana, dans une situation encore plus dramatique. La conséquence, c'est que certains planteurs ont décidé d'arracher leur cacao et de planter du haschich. Il y a un bel avenir pour l'Afrique dans l'économie mondiale, mais dans l'économie occulte et criminelle. D'ailleurs, certains pays, comme la Somalie, se sont déjà lancés dans cette voie, avec l'industrie de l'enlèvement, la réception de produits à haute toxicité, la drogue, etc.

Imaginons que notre système économique s'effondre. Le " modèle " africain peut-il apporter une solution ?

Oui. D'abord aux Africains, puisqu'il a fait ses preuves sur place. Il a démontré que l'Afrique était capable de survivre, même en étant économiquement détruite et inexistante. Cette expérience peut servir à d'autres sociétés qui seraient dans une situation dramatique comparable. Les sociétés africaines, malgré toutes les destructions qu'elles subissent, ont toujours tendance à se reconstituer sur le primat du social, en partant du principe quel'homme n'est pas un individu isolé face à l'avarice de la nature, à laquelle il doit arracher ses marchandises, mais que la production de nourriture, de biens, est d'abord un problème collectif. Et non le problème d'un Robinson Crusoé abandonné tout seul sur une île,comme le prêche le capitalisme. Ça ne veut pas dire que si, demain, notre système s'effondre, nous soyons capables d'appliquer la solution africaine. Car, pour le coup c'est nous qui sommes beaucoup moins armés: il nous faudrait réinventer, retrouver le lien social et, au sein de ce lien social, produire les biens et les services dont nous aurions besoin. Peut-être serions-nous obligés de faire appel à des experts africains. Ça changerait...

"Il y a une leçon à tirer de l'Afrique"

En gros, c'est : le jour où les Africains viendront nous civiliser...

En quelque sorte. J'imagine tout à fait des éleveurs massaï venant nous expliquer que la beauté des bêtes, c'est beaucoup plus important que d'en faire des usines à lait. L'Afrique, dans la logique de la globalisation, aurait dû être rayée de la carte. Malgré tout, elle survit. A partir de là, il y a une leçon à tirer. Cela ne veut pas dire que c'est un modèle de vie ou de société, il n'y a pas que des choses formidables dans la culture africaine, et la soif de pouvoir existe chez tous les humains. Simplement, dans une situation de crise, il y a peut-être, de la part de ceux que nous avons situés au plus bas dans l'échelle du mépris, quelque chose à entendre.

Propos recueillis par Gérard Biard


1- L'Autre Afrique, entre don et marché (Albin Michel).


Baskets Pharrell Williams Tennis Hu qiXabeEHy

SKU-7289-iwt440
Baskets Pharrell Williams Tennis Hu qiXabeEHy
Baskets Pharrell Williams Tennis Hu

Église Catholique en Alsace

Diocèse de Strasbourg 16 rue brûlée67081 Strasbourg Cedex

tél. : 03.88.21.24.24 Facebook Cult CLE102479 Francesina Femme Noir noir 37 EU 0y4hHVd

@2015 Église catholique en Alsacediocèse de Strasbourg

administration

Baskets Pharrell Williams Tennis Hu qiXabeEHy

SKU-7289-iwt440
Baskets Pharrell Williams Tennis Hu qiXabeEHy
Baskets Pharrell Williams Tennis Hu
Distributeur spécialisé au service des éditeurs spécialisés
Menu

Il y a une sorte de vaisseau de terre appellé cuine , qui ne differe de la cornue que parce qu’il a une base applatie, le cou beaucoup plus court. Les distillateurs d’eau-forte s’en servent pour retirer l’acide du nitre du sel marin. La cuine a été autrefois mise en usage par les Chimistes: mais comme c’est le propre des arts pratiques de rectifier de retrancher tout ce que l’expérience nous apprend, ou ne rien valoir, ou du moins être peu commode, les Chimistes modernes l’ont absolument rejettée; cela avec raison, ce vaisseau ayant de si grands défauts qu’il ne peut être employé dans aucune distillation qui demande de l’exactitude.

Pour ce qui est de la maniere d’employer la cornue de grais, de la luter, de l’appareiller, de l’échauffer, c . des précautions qu’il faut prendre pour la conserver l’empêcher de se casser, lorsque l’opération étant finie on laisse tomber le feu; tout cela, dis-je, est détaillé exactement à l’article distillation ( voyez Distillation ), au mot lut. Voyez .

Les cornues de verre sont d’un usage tout aussi étendu que celles de grais ou de terre; elles nous fournissent un moyen commode de distiller un nombre infini de matieres, qui étant ou fort volatiles, ou du moins d’une médiocre fixité, n’ont pas besoin d’un très-grand degré de feu. Ce n’est pas qu’on ne puisse leur en faire soûtenir un plus grand, puisqu’on peut très-bien les faire rougir (on sait que le verre rougit longtems avant que de fondre), par conséquent s’en servir pour la distillation de toute substance animale végétale, ces deux regnes s’analysant à ce degré de feu. Voyez Skechers Flex Appealnbsp;Trade Winds Damen Sneakers Schwarz BKHP 36 EU Schwarz (BKHP) Skechers Flex Appeal Trade Winds 0Pcfq
Animaux . Nous avons observé ci-dessus que les Allemands n’en employoient presque pas d’autres, même dans la plûpart des opérations qui demandent un feu très-long-tems continué à un degré beaucoup supérieur à l’eau bouillante, puisque M. Margraff s’en est servi pour la distillation du phosphore. Nous examinerons au mot Phosphore , s’il a eu raison, s’il n’en auroit pas tiré davantage en se servant d’une cornue de terre. Voyez Phosphore .

Les cornues de verre ont, outre la fragilité ordinaire à tous vaisseaux faits de cette matiere, le défaut de se fêler fort aisément, soit lorsqu’on commence à les échauffer, soit lorsqu’étant trop chaudes l’air froid vient à les frapper; inconvéniens auxquels on ne remédie qu’en prenant de grandes précautions, dont les principales sont 1°. d’avoir des cornues fort minces, d’un verre bien égal, c’est-à-dire qui ne soit pas plus épais dans un endroit que dans un autre; 2°. de luter celles qu’on doit placer dans le fourneau de reverbere; 3°. de les chauffer peu-à-peu également; 4°. de faire ensorte que la partie qui n’est point enfermée dans le fourneau, ou qui n’est point recouverte de sable, soit à l’abri du contact de l’air; 5°. d’administrer à celles qui sont au bain de sable le feu avec prudence, l’art ne nous fournissant point d’autre moyen de diminuer la chaleur de ce bain une fois trop échauffé, qu’en faisant prendre l’air à la cornue; ce qui l’expose à se casser. Voyez Bain de sable Distillation .

Installée au sein du Générateur, cette randonnée portée par un regard définitivement décalé, invite la fiction à se transposer au réel.

CONCERTS LE SAMEDI 16 JUIN AVEC C_C, Le Bruit Vient De La Cuisine, Joliète Féroce + Guests

📸 Lea Dasenka

CHARLIE CHINE - BIVOUAC, L'EXPO D'UNE RANDONNÉE À LA MONTAGNE
13 photos
· Chaussures automne à bout rond à fermeture éclair marron Casual femme DD8oL3mmn

▬▬ • 👣 DU 9 AU 16 JUIN, Charlie Chine présente BIVOUAC, l'exposition d'une randonnée à la montagne 🗻 • ▬▬

Équipée d'un kit de survie de randonnée, Charlie Chine a choisi de vivre en immersion au Générateur du 2 au 9 juin pour réaliser in fine une installation à partir d'objets récupérés à Gentilly et ailleurs. Pour elle, c'est une façon de se projeter, une tentative d’ouvrir des brèches dans les murs et de voir le ciel au travers du plafond. L'artiste invite la fiction à se t ... ransposer au réel. BIVOUAC, une expérience qui nous mène à l’exposition, une exposition qui prend la forme de l’expérience.

Sorel Caribou Bottes de Neige femme Black Stone 415 41.5 mKUQmWyRW
· Crocs Boots BOTTY Crocs OvO8Ul6

▬▬ • 👣 DU 9 AU 16 JUIN, Charlie Chine présente BIVOUAC, l'exposition d'une randonnée à la montagne 🗻 • ▬▬

Sans eau ni électricité, Charlie Chine a choisi de vivre en immersion au Générateur du 2 au 9 juin pour réaliser in fine une installation à partir d'objets récupérés à Gentilly et ailleurs. Pour elle, c'est une façon de se projeter, une tentative d’ouvrir des brèches dans les murs et de voir le ciel au travers du plafond. L'artiste invite la fiction à se transposer au ré ... el. BIVOUAC, une expérience qui nous mène à l’exposition, une exposition qui prend la forme de l’expérience.

Afficher la suite
·

▬▬ • 👣 DU 9 AU 16 JUIN, Charlie Chine présente BIVOUAC, l'exposition d'une randonnée à la montagne 🗻 • ▬▬

Sans eau ni électricité, Charlie Chine a choisi de vivre en immersion au Générateur du 2 au 9 juin pour réaliser in fine une installation à partir d'objets récupérés à Gentilly et ailleurs. Pour elle, c'est une façon de se projeter, une tentative d’ouvrir des brèches dans les murs et de voir le ciel au travers du plafond. L'artiste invite la fiction à se transposer au ré ... el. BIVOUAC, une expérience qui nous mène à l’exposition, une exposition qui prend la forme de l’expérience.

Afficher la suite
·

La performance « womaniste » * VERTICAL STRIKE proposée par l’artiste adidas Courtvantage W Chaussures de Fitness Femme Bleu Tinley/Casbla/Tinley 000 40 EU adidas Courtvantage W 40 EU Bleu (Tinley/Casbla/Tinley 000) k2Zcdp
- avec la complicité chorégraphique de CALVIN KLEIN Baskets pour homme Multicolore Multicolore Multicolore Grey 44 EU XEEe47
et textuelle d' Émilie Notéris - revisite l’histoire de l’art en proposant un défilé, « SCROLL », d’actions artistiques réalisées par des femmes de 1913 à nos jours. De la rencontre entre 3 pole-danseuses et 4 danseuses naît une manifestation féministe et verticale. Elles arpentent les pavés, militantes et émancipées. Un discours s’élève le lon ... g de mats dressés qui augurent une réinterprétation moderne de la femme guerrière et émancipée.

Église Catholique en Alsace

Diocèse de Strasbourg 16 rue brûlée67081 Strasbourg Cedex

tél. : 03.88.21.24.24 Facebook Twitter

@2015 Église catholique en Alsacediocèse de Strasbourg

administration