"Nouveau millénaire, Défis libertaires"
Licence
"GNU / FDL"
attribution
pas de modification
pas d'usage commercial
Copyleft 2001 /2014

Moteur de recherche
interne avec Google
Quand l'Afrique viendra nous civiliser
entretien avec Serge latouche

Origine : Chaussures Guess bleues Fashion l7S5qrB


Paru dans Charlie hebdo-mercredi 21 juin 2000

"L'économie africaine n'est pas fondée sur une logique marchande mais sur le lien social"

Serge Latouche est professeur d'économie. Spécialiste de l'Afrique, il tente de comprendre comment un continent qui aurait dû être détruit par la guerre économique mondiale parvient malgré tout à s'en sortir. Dans son dernier livre1, il raconte une Afrique sans coups d'état, sans guerre civile, où les gens réinventent en permanence l'économie sociale. Une Afrique qui pourrait nous apprendre à nous en sortir, nous aussi, quand le marché nous aura explosé au nez.

Charlie Hebdo: Les Africains seraient-ils plus heureux qu'on ne le croit?

Serge Latouche: Si l'on se fie aux rapports de la Banque mondiale, c'est fluctuant : une année l'Afrique est au fond de la misère, l'année suivante ça décolle, après ça retombe dans la misère... C'est normal, la Banque mondiale essaye d'avoir une vision vaguement optimiste, ne serait-ce que pour montrer que ses plans d'ajustement structurels donnent des résultats. Mais, de temps en temps, il lui faut quand même se réajuster sur la réalité. Et la réalité est catastrophique, puisque les indices économiques de l'Afrique sont dérisoires. Aujourd'hui, elle représente un peu plus de 1% du PNB mondial, Afrique du Sud comprise. Autrement dit, rien. Alors, comment peut-on vivre avec rien ? C'est un paradoxe, pour un économiste.

Donc, il y a un truc ?

Oui. l'Afrique vit hors économie, essentiellement par la débrouille. Et cette débrouille fonctionne en grande partie sur une logique non marchande, du don, de la réciprocité. J'ai tenté, sur une banlieue de Dakar, de mesurer les résultats de ce système en faisant une évaluation économique « à l'occidentale » : ça multiplie le niveau de vie de trois à cinq fois. Comme on part de très bas, ce n'est pas la prospérité, mais ça explique pourquoi on voit des gens qui font la fête, des enfants souriants. Et qui ne sont pas tous faméliques...

Mais les famines, les guerres civiles, c'est une réalité.

C'est vrai, mais l'Afrique n'en a pas le monopole. Si l'on veut faire des statistiques macabres, compte tenu de la taille du continent, le nombre de massacres n'y est pas tellement supérieur à la moyenne mondiale. Ce qui est supérieur à la moyenne mondiale, c'est l'image qui est donnée de l'Afrique. Elle n'est vue que comme le lieu de la corruption, des guerres civiles, des génocides, des coups d'État militaires. Les rapports de la Banque mondiale épinglent toujours la corruption des chefs d'État africains. Mais la corruption, c'est la chose au monde la mieux partagée. On voit l'Afrique à travers une grille de lecture fortement ethnocentrique. D'ailleurs, si, au lieu de lire les économistes, on lit les anthropologues, on a une vision totalement différente.

« La famille,c'est en moyenne trois cent personnes »

Existe-t-il un " système économique " africain ?

Il y a une société africaine, dans laquelle il y a ce que nous, nous considérons comme de l'économie. Et, bien évidemment, elle est atypique, puisque la production de biens et de services est totalement insérée dans la vie sociale. Les gens ne font pas la séparation entre ce qui serait social et ce qui serait économique. Dans les banlieues africaines, où les activités salariées sont quasiment inexistantes, les gens se livrent à toutes sortes de trafics, d'échanges, de cadeaux, de contre-dons. On trouve des individus qui ont une façade officielle, qui s'intitulent par exemple menuisier-parce qu'ils ont eu une formation plus ou moins professionnelle en la matière mais qui feront tout autre chose que de la menuiserie. D'où certains malentendus lorsque des experts bien intentionnés viennent leur dire que, pour développer leur production, améliorer leur chiffre d'affaires, ils doivent rationaliser leur activité... Évidemment, ça ne marche pas, puisqu'en fait ces menuisiers n'en sont pas vraiment. Et c'est un peu la même chose pour tout.

Notre logique économique est donc à côté de la plaque?

Complètement. On a implanté en Afrique des entreprises modernes : la plupart ont fait faillite, faute de clients. Comme Bata, à Dakar, par exemple. Ça ne veut pas dire que les Sénégalais ne portent pas de chaussures, mais il y a des centaines de petits artisans qui, avec des pneus de récupération, font des chaussures faut à fait fonctionnelles à des prix défiant toute concurrence. De la même façon, les transports publics, quand ils fonctionnaient, fonctionnaient à perte. Alors, bien évidemment, la Banque mondiale a dit : "ce n'est pas rentable, il faut les privatiser". Et comme ça n'intéresse personne d'acheter une ligne de bus, il n'y a plus de transports publics. Mais il y a des camions bringuebalants, peinturlurés, dans lesquels, pour quelques centimes, on peut faire 10 ou 15 km. La logique économique occidentale a échoué, mais les besoins fondamentaux de la population sont assurés par l'économie de la débrouille. Et cette économie peut fonctionner là où la nôtre ne fonctionne pas, précisément parce qu'elle repose sur des réseaux sociaux Ça se passe en quelque sorte en famille, dans une société où la famille, c'est en moyenne trois cents personnes.

Mais les Africains n'ont-ils pas envie d'avoir des grosses bagnoles, des magnétoscopes, des portables ?

Bien sûr que si, ils en ont envie. On est malgré tout dans le village mondial, avec des images qui circulent, la publicité, et les désirs qui vont avec. Et même si l'Afrique ne peut plus matériellement représenter un marché important pour le reste du monde, il n'empêche que les multinationales ne dédaignent pas ce marché, si minime soit-il. C'est ainsi que depuis quelques années, alors qu'on a pris des mesures draconiennes, en particulier aux États-Unis, contre les trusts de fabricants de cigarettes, ces mêmes trusts ont multilié par 10 leurs ventes en Afrique . Et évidemment, aucune loi pour défendre le consommateur. Les sollicitations pour les produits pour lesquels on peut encore trouver un marché - cigarettes, alcool et, pour une petite clientèle, les voitures, les télés - sont énormes. Mais les gens qui n'en ont pas n'en souffrent pas. En tout cas, ils en souffrent beaucoup moins, me semble-t-il, que dans d'autres régions du monde.

" L'homme n'est pas un individu isolé face à l'avarice de la nature"

Dans nos banlieues, par exemple ?

Oui. Ou dans les banlieues des villes latino-américaines, où la solitude est beaucoup plus forte, où la perte du sens de la collectivité est plus grande et où, par conséquent, la nécessité de produits de consommation se fait bien plus sentir. En Afrique, on n'est jamais seul. Chaque fois que je vais dans une maison africaine, je vois toujours vingt ou trente personnes agglutinées devant un poste de télé. Et même si chaque Africain avait son téléviseur, ce qui est peu pensable, ils continueraient à se mettre à vingt ou trente autour. Parce que, regarder la télé, ce n'est pas le rapport d'un individu face à une image, c'est un cérémonial collectif. De la même façon, si chaque Africain avait son automobile, on s'entasserait quand même à sept ou huit dedans.

Est-ce qu'on peut dire quand même que l'Afrique est occidentalisée ?

Oui, largement, tout en restant très africaine. Aujourd'hui, l'occidentalisation s'appelle mondialisation. Au siècle dernier, on ouvrait le marché avec des canonnières, aujourd'hui, plus besoin de canons, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale se chargent d'ouvrir au forceps les économies réticentes. En fait, l'occidentalisation de l'Afrique, ça veut dire d'abord la plonger dans la guerre économique mondiale. Et elle n'est pas armée pour se défendre. Une des récentes décisions de l'Union européenne, comme vous le savez, a été de décréter que le chocolat est un produit dans lequel il n'y a pas de graisse de cacao. Ce qui a pour effet de plonger l'économie de la Côte d'Ivoire, ou du Ghana, dans une situation encore plus dramatique. La conséquence, c'est que certains planteurs ont décidé d'arracher leur cacao et de planter du haschich. Il y a un bel avenir pour l'Afrique dans l'économie mondiale, mais dans l'économie occulte et criminelle. D'ailleurs, certains pays, comme la Somalie, se sont déjà lancés dans cette voie, avec l'industrie de l'enlèvement, la réception de produits à haute toxicité, la drogue, etc.

Imaginons que notre système économique s'effondre. Le " modèle " africain peut-il apporter une solution ?

Oui. D'abord aux Africains, puisqu'il a fait ses preuves sur place. Il a démontré que l'Afrique était capable de survivre, même en étant économiquement détruite et inexistante. Cette expérience peut servir à d'autres sociétés qui seraient dans une situation dramatique comparable. Les sociétés africaines, malgré toutes les destructions qu'elles subissent, ont toujours tendance à se reconstituer sur le primat du social, en partant du principe quel'homme n'est pas un individu isolé face à l'avarice de la nature, à laquelle il doit arracher ses marchandises, mais que la production de nourriture, de biens, est d'abord un problème collectif. Et non le problème d'un Robinson Crusoé abandonné tout seul sur une île,comme le prêche le capitalisme. Ça ne veut pas dire que si, demain, notre système s'effondre, nous soyons capables d'appliquer la solution africaine. Car, pour le coup c'est nous qui sommes beaucoup moins armés: il nous faudrait réinventer, retrouver le lien social et, au sein de ce lien social, produire les biens et les services dont nous aurions besoin. Peut-être serions-nous obligés de faire appel à des experts africains. Ça changerait...

"Il y a une leçon à tirer de l'Afrique"

En gros, c'est : le jour où les Africains viendront nous civiliser...

En quelque sorte. J'imagine tout à fait des éleveurs massaï venant nous expliquer que la beauté des bêtes, c'est beaucoup plus important que d'en faire des usines à lait. L'Afrique, dans la logique de la globalisation, aurait dû être rayée de la carte. Malgré tout, elle survit. A partir de là, il y a une leçon à tirer. Cela ne veut pas dire que c'est un modèle de vie ou de société, il n'y a pas que des choses formidables dans la culture africaine, et la soif de pouvoir existe chez tous les humains. Simplement, dans une situation de crise, il y a peut-être, de la part de ceux que nous avons situés au plus bas dans l'échelle du mépris, quelque chose à entendre.

Propos recueillis par Gérard Biard


1- L'Autre Afrique, entre don et marché (Albin Michel).


38 EU Escarpins Femme Gabor Shoes Comfort Escarpins Femme Gris Grey 38 38 EU XKvrdqe

SKU-109757-mjr85758
Gabor Shoes Comfort, Escarpins Femme, Gris (Grey 38), 38 EU
Gabor Shoes Comfort, Escarpins Femme, Gris (Grey 38), 38 EU
Plan du site

38 EU Escarpins Femme Gabor Shoes Comfort Escarpins Femme Gris Grey 38 38 EU XKvrdqe

SKU-109757-mjr85758
Gabor Shoes Comfort, Escarpins Femme, Gris (Grey 38), 38 EU
Gabor Shoes Comfort, Escarpins Femme, Gris (Grey 38), 38 EU
Nous utilisons des cookies pour améliorer notre site et votre expérience d'achat. En utilisant notre site, vous acceptez notre politique de cookies. Saucony Xodus ISO Femmes chaussure de course pourpre/noir EU 385 US 75 lila vWSw6R
Votre panier est vide pour le moment.

Par ailleurs, la possibilité de retrouver instantanément des informations sur toute sorte de questions et à tout moment modifie notre rapport à la mémoire. Les Fred Perry Spencer Mesh Leahter Porcelain White B1202254 Basket 43 EU Dbjx1nsVLR
, qui jouaient un rôle majeur avant l'invention de l'imprimerie [ 191 ] , se sont érodés davantage au profit des connaissances procédurales. Google et Wikipédia sont devenus des substituts de la mémoire.

La décision de réaliser une encyclopédie est un projet de longue haleine qui exige que son auteur se consacre à la synthèse de connaissances établies plutôt qu’à en créer de nouvelles. Pour Denis Diderot , une telle entreprise doit être motivée par le désir d’élever dans le public le niveau de savoir. Il voit les encyclopédistes comme étant «liés seulement par l'intérêt général du genre humain» et l’ Encyclopédie comme «un livre [pour] guider ceux qui se sentiraient le courage de travailler à l’instruction des autres [ 141 ] » .

On retrouve la même motivation essentiellement altruiste chez Supra Hammer Run Baskets Basses Homme maoodUqq
, dont l’ambition était de faire un livre «où l'on trouvera, chacune à son ordre alphabétique, toutes les connaissances qui enrichissent aujourd'hui l'esprit humain» , et qui s'adressera non pas à une élite, mais à tous, de façon à «instruire tout le monde sur toutes choses [ 192 ] » . La devise de sa collection est «Je sème à tout vent» .

La même dynamique est évidemment aussi au cœur du projet collaboratif de Wikipédia et de Wikisource, qui suscite l'admiration d'un observateur attentif: «Également saisi de la tâche de ces copistes anonymes. Qui n'attendent rien. Qui ne sont pas encyclopédistes mais wikipédiens. Qui n'augmentent pas ès qualités la somme des connaissances disponibles. Qui ne cessent pourtant de l'augmenter, de la stratifier, de l'hyperlier, de la dé-livrer. Nul ne leur a donné mandat. Ils se sont auto-saisis de ce qui n'était hier même pas un besoin et qui devient aujourd'hui, par leur ouvrage, une évidence [ 193 ]

Tous ces projets sont fondamentalement «des utopies, au sens positif du terme. [...] Elles visent un idéal: rassembler le plus grand nombre possible de savoirs, les mettre en relation, les transmettre, les partager, les soumettre à la discussion Nike Air Max Ivo GS Chaussures de Sport Mixte Enfant Blanc Cassé Pure Platinum/Sport Fuchsia/White/Black 385 EU Nike Air Max Ivo GS 6lnJL2Kus

L'écrivain H.G. Wells .

Selon Lucien Febvre , le mouvement encyclopédique est passé du «temps des certitudes divines» représenté par le Speculum maius au «temps des certitudes laïques» avec l’ Encyclopédie de Diderot; aujourd'hui, nous serions au temps de «l'encyclopédie qui sait ne pas tout savoir Nike KD Trey 5 V 897638400 Couleur Bleu Pointure 450 AJ8K1wVGs
»
. Toutefois, si le projet encyclopédique ne peut plus envisager de fournir une synthèse des savoirs en même temps qu'une réponse au sens de la vie, il a pris une autre dimension avec la montée rapide d'une conscience mondiale. Selon ce même auteur «Une encyclopédie, c'est, ce doit être, le manifeste d'une civilisation [ 195 ]

KPHY Rude Talons Cool Pantoufles Printemps Tête Carrée Baotou Au Milieu des Talons Cold Hauling des Chaussures De FemmeTrente Quatre Green fhfKn

Sulivan JOUANNEAU est né dans la Loire en 1984. Après l’obtention d’un DUT génie biologique option environnement, il intègre dans de cadre d’un IUP Innovation option biologie, l’Institut des Sciences et Techniques de Ingénieur d’Angers pour 2 ans. Suite à cela, il poursuit son cursus et obtient son Master 2 Recherche «Santé publique et environnement» option «Evaluation et Gestion des Risques Environnementaux et...

En savoir plus
En savoir plus
En savoir plus

Alain Le BAIL (Paris – 1960). Après des études en Thermique – Energétique, il obtient son Doctorat en Dynamique des Mécanique des Fluides et Transferts Thermiques à l’Ecole Centrale/Université de Nantes de Nantes en 1990. De 1990 à 1992 il travaille en RD chez Saunier Duval (combustion). Depuis 1992, il est enseignant chercheur à l’ENITIAA. Membre du GEPEA depuis sa création, il contribue aux travaux de recherche dans le domaine des procédés frigorifiques et thermiques ainsi...

En savoir plus
En savoir plus

Patrick Legentilhomme a obtenu sa thèse de Doctorat de l’Université de Nantes en 1991 après l’obtention du Diplôme d’Ingénieur en Génie des Procédés de l’ENSIGC de Toulouse. A la suite de son Doctorat, Patrick Legentilhomme a réalisé un séjour Post-Doctoral d’une année dans le groupe de Mécanique des Fluides de l’Université de Tarragone en Espagne.

Patrick Legentilhomme

Habilité à Diriger des Recherches depuis 1997, il est Professeur des...

En savoir plus

Eric LEROY est né en 1975.

Ingénieur et Docteur de l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon, il a travaillé durant 10 ans sur différents aspect du cycle de vie des matériaux polymères et composites pétrosourcés, avant de rejoindre le GEPEA en 2008 pour y développer des travaux sur les procédés de transformation des polymères naturels.

Il co-anime l’axe «Mécanismes d’élaboration des matrices alimentaires...

En savoir plus
Née en 1955, Ingénieur ENSBANA puis Maître de Conférences à l’ENITIAA (1979).
Doctorat de l’Université de Nantes portant sur les propriétés d’écoulement des poudres alimentaires.
Activités d’enseignement : physico-chimie des aliments, en particulier rhéologie/structure.
Travaux de recherche : effet des traitements thermomécaniques sur différents systèmes...
Etnies Marana Vulc Chaussures de Skateboard Homme Noir Black/Dark Grey/Gum 566 45 EU Etnies Marana Vulc Chaussures de Skateboard Homme Noir (Black/Dark Grey/Gum 566) 1XfFCH0P

Khaled Loubar est Maître assistant à l’École des Mines de Nantes depuis 2009. Il est titulaire d'un diplôme d’Ingénieur en énergétique (INGM, Algérie) et d’un diplôme de Magister en Systèmes énergétiques (EMP, Algérie). Il obtient son Doctorat en 2006 à l’Université de Nantes.

Plan du site